À propos de nous

French Glossary

Tous | A C D É F I J K L M N O P R S T V X
Il y a 6 noms dans ce répertoire commençant par la lettre S.
Scolastique
Un jésuite en formation qui a prononcé ses premiers vœux (voir terme ci-dessus) et qui a déclaré son intention de demander l’ordination en tant que prêtre.

Scolastiques jésuites
Un jeune jésuite qui prévoit d’être ordonné prêtre est appelé “scolastique” jusqu’à ce qu’il prononce ses vœux finaux. Pourquoi? Parce qu’une grande partie de sa formation implique des études.

Secteurs
Traditionnellement, les ministères apostoliques jésuites sont regroupés dans l’un de ces trois secteurs : l’enseignement supérieur, l’enseignement secondaire et primaire et l’enseignement socio-pastoral.

Service de la foi et promotion de la justice
En 1975, des jésuites du monde entier se sont réunis en assemblée solennelle pour évaluer leur état actuel et esquisser des plans pour l’avenir. Suite à une récente assemblée internationale d’évêques catholiques (“synode”), ils en sont venus à voir que la marque de tout ministère méritant le nom de jésuite serait son “service de la foi” dont la “promotion de la justice” est un exigence absolue. En d’autres termes, l’éducation jésuite devrait être remarquable pour la manière dont elle aide les étudiants – et d’ailleurs aussi les professeurs, le personnel et les administrateurs – à évoluer, en toute liberté, vers une foi mure et intellectuellement adulte. Cela implique de leur permettre de développer une sensibilité disciplinée à la souffrance de notre monde et une volonté d’agir pour transformer des structures sociales injustes qui causent cette souffrance. Chacun de nous est confronté inégalement à cet énorme défi qui néanmoins retombe sur nous tous, et non pas seulement sur les membres des départements de théologie et de philosophie, du ministère du campus et du développement spirituel.

Socius
L’assistant exécutif ou “commandant adjoint” du provincial au centre administratif de chaque province, communément appelé la curie.

Spirituel / Spiritualité
Le spirituel est souvent défini comme ce qui est “non matériel”, mais cette définition rencontre des problèmes lorsqu’elle est appliquée aux êtres humains, qui sont traditionnellement considérés comme des “corps spirituels”, à la fois corporels et spirituels. Dans certaines philosophies et psychologies modernes, cependant, la dimension spirituelle de l’humain est niée ou ignorée. Et de nombreux aspects de la culture américaine contemporaine (par exemple, le sens du temps qui presse et le besoin de produire) rendent difficile le fait de prêter attention à cette dimension.

Fondamentalement, la dimension spirituelle des êtres humains peut être reconnue dans l’orientation de notre esprit et de notre cœur vers toujours plus que ce que nous avons déjà atteint (l’esprit humain qui n’est jamais satisfait et le cœur humain qui n’est jamais satisfait). Nous sommes inévitablement attirés vers “l’Absolu” ou la “plénitude de l’être” [voir “Dieu”]. Par conséquent, il y a des profondeurs dans notre être que nous ne pouvons que commencer à sonder. Si chaque être humain a cette dimension spirituelle et cette faim, alors même dans une culture comme la nôtre, tout le monde aura – au moins parfois – une certaine conscience, même si cette conscience n’est pas explicite et n’est pas mise en mots. Cependant, lorsque les gens parlent de “spiritualité”, ils ne pensent pas en général à la spiritualité que les êtres humains ont par nature, mais plutôt à un ensemble d’attitudes et de pratiques (Exercices Spirituels*) qui sont conçues pour favoriser une plus grande conscience de cette dimension spirituelle et, dans le cas de ceux qui peuvent affirmer leur croyance en Dieu, une recherche plus explicite de son objet – le Divin ou Dieu.

La spiritualité ignacienne* avec les Exercices Spirituels* est une voie parmi tant d’autres au sein du christianisme, sans parler des spiritualités au sein d’autres traditions religieuses ou celles plus ou moins en dehors d’une tradition religieuse. (“La vie spirituelle des peuples [aujourd’hui] n’est pas morte. Elle se déroule simplement en dehors de l’église”, 34ème Congrégation générale jésuite, “Notre mission et la culture”].)

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer