À propos de nous

French Glossary

Tous | A C D É F I J K L M N O P R S T V X
Il y a actuellement 1 nom dans ce répertoire commençant par la lettre V.
Vision ou histoire judéo-chrétienne, La
Voici une version de la vision ou histoire judéo-chrétienne racontée avec une certaine emphase sur Ignace de Loyola*. La grande et mystérieuse réalité de l’amour personnel et du don de soi que beaucoup appellent Dieu est l’origine et le destin de toutes créations, de l’ensemble univers. Dieu est présent et à l’œuvre dans tout, conduisant à l’accomplissement. Toutes les choses sont bonnes à l’origine et potentiellement des moyens pour ces créatures appelées êtres humains de trouver le Dieu, qui les a faites et qui y travaille. Pourtant, aucune de ces choses n’est Dieu, donc elles sont toutes radicalement limitées. En effet, dans le cas des êtres humains (qui sont en quelque sorte l’image de Dieu d’une manière spéciale), leur liberté relative se traduit par une nouvelle dimension de l’être par laquelle non seulement le bien mais aussi le mal existent dans le monde : l’égoïsme, la guerre, la domination raciale, sexuelle, économique et environnementale de certains par rapport à d’autres. L’histoire humaine est donc marquée par une lutte entre les forces du bien ou de la “vie” et du mal ou de la “mort”. Dieu a librement choisi de se ranger du côté de l’humanité, en difficulté et imparfaite, en participant plus définitivement à la vie humaine et en la vivant “de l’intérieur” en la personne historique de Jésus* de Nazareth. Cet engagement irrévocable de Dieu envers l’entreprise humaine fonde et invite la réponse des gens à travailler avec Dieu à la construction d’une communauté de justice, d’amour et de paix, soit le “royaume” ou le “règne” de Dieu que Jésus a prêché et a vécu. Comme pour Jésus, donc pour ses disciples, il faut discernement, soit une lecture finement réglée de soi-même et de sa culture dans l’Esprit de Dieu, pour reconnaître dans une situation donnée ce qui aide la venue du règne de Dieu et ce qui l’entrave. Face à l’égoïsme humain et au mal, la voie consiste en fin de compte à se donner soi-même, en passant par la souffrance et la mort afin d’obtenir la vie, en effet, la vie éternelle. Et en cours de route, parce que les disciples de Jésus se méfient d’idolâtrer qui que ce soit (c’est-à-dire en les rendant un dieu), ils sont moins susceptibles de devenir désillusionnés avec eux-mêmes, les autres ou l’histoire humaine pour tout son poids de mal personnel et social. Ils continuent plutôt à se soucier des gens et de l’entreprise humaine car leur espérance est en Dieu, la Réalité suprême de l’amour personnel et du don de soi.

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer