Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Femmes leaders dans la famille ignatienne

Jenny Smulson

Œuvre : L’Association des collèges et universités jésuites

Titre : vice-présidente aux Relations avec le gouvernement

Endroit : Washington, D.C.

Est-ce que vous avez des liens avec d’autres œuvres jésuites?

  • Ancienne élève de l’Université de Georgetown
  • Paroissienne de Holy Trinity, membre du comité de la vie paroissiale, ancienne présidente du conseil scolaire
  • Mère d’étudiant à l’Université de Georgetown, mère d’étudiant à l’Université de Santa Clara

En quoi consiste votre travail?
Je représente les 27 collèges et universités jésuites des États-Unis pour défendre leurs intérêts sur le plan fédéral en accordant une attention particulière à des questions comme la Loi sur l’enseignement supérieur, le maintien ou l’augmentation des niveaux de financement des programmes fédéraux d’aide financière aux étudiants, le Titre IX, les protections pour les Dreamers (enfants de migrants entrés illégalement aux États-Unis), les ressources fédérales pour la recherche et les politiques fiscales. J’interviens auprès de l’Administration, de la Chambre des représentants des États-Unis, du Sénat des États-Unis, en partenariat avec des collègues et des communautés jésuites afin de faire connaître la valeur de l’éducation jésuite et d’améliorer les politiques visant à la rendre accessible.

Qu’est-ce que vous aimez le mieux dans votre travail?
C’est formidable de découvrir un lien avec un membre du personnel du Congrès ou de l’Administration ou un membre du Congrès lorsqu’ils parlent de l’éducation qu’ils ont reçue chez les jésuites. Cette expérience reste gravée dans leur mémoire et constitue souvent un facteur important à l’origine de leur engagement dans le service public. Je trouve cela inspirant!

En quoi la spiritualité ignatienne façonne-t-elle votre approche du travail?
J’ai la chance d’avoir une boîte à outils pleine de la sagesse et de l’enseignement des jésuites. Le plaidoyer prend du temps et il est affaire de dialogue et de compréhension. En me rappelant d’être ouverte et accueillante au point de vue de l’autre (j’applique le préjugé ignatien), en me donnant le temps de réfléchir pour voir comment Dieu me guide vers le plus grand bien, en scrutant mon travail à travers la lentille de l’examen, j’espère, la plupart du temps, utiliser ces outils pour aider nos établissements d’enseignement et les étudiants qu’ils servent.

Comment les jésuites et l’Église dans son ensemble pourraient-ils promouvoir plus efficacement le leadership des femmes?
Je demanderais aux jésuites de regarder en eux-mêmes et de prendre note des exemples extraordinaires qui nous entourent. Voyez les femmes qui dirigent notre communauté croyante, en particulier dans les collèges et universités jésuites d’aujourd’hui. Nous pouvons nous inspirer de leur engagement envers les valeurs jésuites et nous convaincre qu’elles sont de véritables partenaires dans le travail de promotion d’une foi qui construit la justice dans notre monde. C’est en marche : les femmes dirigent ! Et nous pouvons tous et toutes faire plus pour les reconnaître et les mettre en valeur.