Au cours du 19e siècle, des esclaves ont entretenu le Spalding Hall, le bâtiment principal du St. Joseph College.

Image prise par Kenneth C. Zirkel

Le St. Joseph College a été fondé en 1819 sous les auspices de Benedict Joseph Flaget, le premier évêque de Bardstown et l’un des plus grands propriétaires d’esclaves du Kentucky. Le collège a fait recours au travail d’esclaves au cours de son histoire. En 1840, lorsque le futur évêque de Louisville, Martin John Spalding, était président de St. Joseph, le collège détenait 18 esclaves âgés entre 0 et 54 ans et ils ont fort probablement eu recours à d’autres esclaves loués ou prêtés au collège.

En 1848, la Compagnie de Jésus a repris l’administration du St. Joseph College et de la cathédrale St. Joseph Cathedral du diocèse. Le 24 juillet 1848, lorsque Walter Hill S.J. et le jésuite scholastique Frederick Garesche ont commencé leur voyage du Missouri jusqu’au St. Joseph College à Bardstown et jusqu’au St. Xavier College à Cincinnati respectivement, un esclave les conduisit avec leurs bagages par wagon pour la première partie de leur voyage. À leur arrivée au St. Joseph College, les jésuites ont décidé de garder tous les esclaves présents au collège, à l’exception de Charles, Dave, sa femme Maria et leurs enfants, qui sont partis pendant le mois d’août 1848. Il semble que Dave, Maria et leur famille sont devenus libres et que Charles, encore esclave, ait été envoyé travailler ailleurs; les chercheurs travaillent toujours pour confirmer ces détails. De 1849 à 1865, entre 10 et 20 esclaves ont travaillé pour les jésuites à Bardstown. Les chercheurs s’efforcent de déterminer leurs noms et d’en savoir davantage sur leur vie.

Les esclaves travaillaient aux côtés d’étudiants et de frères jésuites, préparant le collège en blanchissant les murs à la chaux et en travaillant dans la cuisine. Ils ont construit de nouveaux bâtiments et une écurie et ils ont travaillé à l’entretien des bâtiments existants. À un moment donné, les cabanes où vivaient des esclaves ont été incendiées. Bien que personne n’ait été blessé, ils ont peut-être perdu tout ce qu’ils possédaient et ils ont dû reconstruire leurs quartiers.

Les jésuites du St. Joseph College dépendaient largement de la main-d’œuvre esclave louée à d’autres propriétaires d’esclaves locaux, notamment des prêtres, des ordres religieux féminins et des collèges et séminaires catholiques. Certaines des personnes qu’ils louaient, notamment Magdelin, Agnes, Tom et Sam appartenaient à l’évêque Benedict Joseph Flaget, à Martin John Spalding et au révérend James Madison Lancaster. Les jésuites du St. Joseph College ont embauché Eliza du révérend J. B. Hutchins, président du St. Mary’s College au Kentucky. Ils ont loué Edward au révérend Francis Chambige, président du St. Thomas Seminary. Et ils ont envoyé un esclave, George, à Nazareth au Kentucky pour servir les Sœurs de la Charité. En 1850, les jésuites ont transféré leur propre esclave, Mary, de leur noviciat à Florissant au Missouri, soit au collège de Bardstown au Kentucky.

Les jésuites ont demandé aux sœurs de Lorette de les aider à gérer le collège en entretenant la salle à manger, les dortoirs et l’infirmerie des étudiants. Les sœurs Lorette comptaient sur des hommes et femmes esclaves pour effectuer la « lourde corvée » de ce travail. Sœur Theresa a repris la direction de la cuisine et des esclaves qui y travaillaient. Michael Nash S.J., se rappelant du temps où il était au St. Joseph College dans les années 1840, écrit : « Les serviteurs de la maison étaient des nègres, mais sous la supervision de dames matrones. » En septembre 1848, le père John Baptist Duerinck écrit que « les garçons noirs balayent la maison et s’occupent du réfectoire des garçons. » Il a également noté que parfois, les porcs du collège s’échappaient dans la cour du collège à l’extérieur de la fenêtre du président Peter Verhaegen. « Le vieil homme avait l’habitude de grommeler et de gronder quand il voyait les cochons dans la cour » et demandait à un esclave de les chasser, écrivit Duerinck.

En 1849, les jésuites ont transféré de force un homme du nom de Peter de leur séminaire du Missouri au St. Joseph College dans le Kentucky, le séparant de sa famille en guise de punition.

Lire son histoire

Les jésuites au St. Joseph College ont accepté des esclaves de parents d’étudiants en guise de paiement des frais de scolarité. Matilda, une esclave de Basil R. Clark, a travaillé au St. Joseph College comme moyen de paiement des frais de scolarité pour son fils Francis Clark. Un solde impayé sur le compte de D. Slaughter, un parent, a été marqué dans les registres du collège comme étant « pris par l’embauche d’un nègre ou perdu ». Alors que les étudiants blancs recevaient une éducation rendue possible par le travail de personnes asservies, les étudiants d’origine africaine ont été renvoyés du collège pour avoir ce qui s’avérait « du sang mélangé ». Nous recherchons leurs histoires et nous les partagerons dans l’avenir.

Les forces de l’Union et des Confédérés ont occupé le St. Joseph College trois fois au cours de la Guerre civile, obligeant les étudiants à s’enfuir chez eux. Les prêtres se sont concentrés au service des soldats blessés en convalescence au collège et ont accru leurs efforts de ministère envers les personnes de couleur en consacrant plus de temps aux cours de catéchisme et en organisant des messes pour les Afro-Américains dans la communauté. En raison de difficultés financières, la plupart des jésuites ont quitté le St. Joseph College en 1868 et ils ont concentré leur attention sur d’autres collèges et églises de la province du Missouri.

Les esclaves appartenant aux jésuites, à d’autres membres du clergé et aux propriétaires d’esclaves locaux travaillaient comme sacristains et assistaient également aux services à la St. Joseph Proto-Cathedral.
Image de Nheyob.

Vers la fin de la guerre civile, les jésuites à plusieurs endroits passaient de plus de temps à s’occuper des personnes de couleur libres et asservies et ce, dans des lieux de plus en plus séparés à cause de la ségrégation. Le père jésuite Charles Truyens a commencé à organiser des cours de catéchisme pour les personnes de couleur avant les prières du soir les dimanches. De plus en plus, les Afro-Américains assistaient aux services religieux le deuxième dimanche de chaque mois et certains, chaque semaine. Finalement, Truyens a créé une église pour les gens de couleur à Bardstown et en a acheté beaucoup de Mme Margaret Hagan dans le but d’établir une école pour personnes de couleurs, la St. Monica’s Colored School. Il semble cependant que Truyens, décédé en 1867, n’ait pas pu voir l’école se concrétiser. Le père C. J. O’Connell, qui a repris l’exploitation de l’école vers 1878, a déclaré que l’école contenant une seule salle « était dirigée sur cette propriété depuis 1872. » O’Connell a commencé à agrandir le bâtiment pour que l’école passe de quelques élèves à une centaine d’enfants.

Bien qu’une partie du collège d’origine existe toujours, le St. Joseph College n’est plus en activité. Des recherches sur les esclaves qui ont appartenu aux jésuites du Kentucky ou qui ont été embauchés sont en cours. Nous n’en savons que très peu sur leur vie et nous travaillons toujours à retracer la généalogie de leurs descendants. Nous continuerons de mettre à jour cette page alors que nous en apprenons davantage.

This research was compiled by Kelly L. Schmidt.

Recommended citation: Kelly L. Schmidt, “Enslavement at St. Joseph College, Bardstown, Kentucky,” Slavery, History, Memory, and Reconciliation Project, 2020.

Mise à jour : mars 2020.

4511 W. Pine Blvd.
St. Louis, MO 63108

SHMR@jesuits.org
314.758.7159

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer