Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Thomas et Mary (généralement connue sous le nom de Molly ou Polly) Brown étaient l’un des trois couples réduits à l’esclavage forcés de quitter la plantation des jésuites de White Marsh dans le Maryland pour aller à Florissant au Missouri lorsque les jésuites ont décidé d’établir une nouvelle mission dans le Missouri en 1823. Molly était née esclave des jésuites; il semble que Thomas ait été acheté par les jésuites plus tard dans sa vie.

On n’en sait encore que très peu sur le début de la vie des Brown, jusqu’à la période de leur quarantaine où ils ont dû endurer le voyage forcé de mai 1823. Bien qu’ils n’avaient pas d’enfants, leur migration involontaire a déraciné la famille de leur réseau familial étendu dans le Maryland. Ils marchaient à pied de White Marsh à Wheeling en Virginie (aujourd’hui Virginie-Occidentale) à l’arrière d’un groupe hiérarchisé de prêtres jésuites, de novices, de frères et d’esclaves. Partant de Wheeling, ils ont voyagé en barque sur la rivière Ohio, forcés de partager leur espace avec les chevaux et la cargaison, tandis que les jésuites avaient un autre bateau pour eux. Le voyage était terrifiant alors qu’ils parcouraient des terres inconnues, ne sachant ni nager ni naviguer sur la rivière en essayant d’éviter les courants, les branches d’arbres et le passage des bateaux à vapeur. La liberté les appelait sur les rives nord de l’Ohio et lorsqu’ils terminèrent le reste de leur voyage à pied de Shawneetown dans l’Illinois aux rives du Mississippi, ils traversèrent ce qui était un État libre depuis environ cinq ans.

Articles d’accord pour le transfert de Thomas et Molly Brown, Moses et Nancy Queen, et Isaac et Susanna Hawkins de la Corporation of Roman Catholic Clergymen à Charles Van Quickenborne. Image fournie par le Jesuit Archives & Research Center.

Après avoir traversé la rivière à pied, les jésuites ont eu droit à un festin à Saint-Louis, un festin auquel Thomas et Molly Brown et leurs compagnons, Moses et Nancy Queen et Isaac et Susan Hawkins, n’étaient probablement pas autorisés à participer. La bande s’installa ensuite sur une ferme abandonnée à Florissant au Missouri que les jésuites nommèrent Saint Stanislaus. Les jésuites ont pris la cabine principale, tandis que les Brown, Queen et Hawkins occupaient les quartiers asservis, une cabane en rondins d’une seule pièce sans grenier, qui faisait également office de cuisine et de buanderie.

À partir de là, les familles réduites à l’esclavage ont été forcées de commencer le difficile travail d’agriculture, de construction, de cuisine, de couture et de nettoyage pour établir la présence des jésuites dans l’Ouest. Les esclaves de Saint Stanislaus, y compris les Brown, vivaient et travaillaient dans des conditions épouvantables. Ils résidaient dans des structures étroites et délabrées et ils ont été forcés de travailler plus que ce à quoi on pouvait raisonnablement s’attendre de six personnes. Entre autres tâches, Molly a aidé avec le lavage et la couture. En raison de leur travail intensif, un jésuite a noté que « Tom et Polly (nègres) sont souvent infirmes ici la plupart du temps, et elle était en effet très malade. » À plusieurs reprises, un médecin a été envoyé pour soigner Molly. Étant donné que Molly était malade, les jésuites ont embauché le travail d’une autre femme esclave pour laver les draps dans la rivière, se plaignant qu’ils « devaient payer et payaient encore 25 cents par jour, en plus de la nourriture » à la propriétaire de la femme pour son travail.

En 1829, lorsque les jésuites ont accepté l’administration du Saint Louis College (aujourd’hui l’Université de Saint-Louis) du diocèse, Thomas et Molly Brown ont de nouveau été éloignés de leurs proches et ont été transférés au centre-ville de Saint Louis. Au collège, Molly aidait Ned, le fils de Proteus et Anny Hawkins qui est allé avec eux pour être le cuisinier du collège, ou elle aidait les deux sœurs de Ned avec la lessive et le nettoyage. Molly continuait d’être malade. Parce que les jésuites jugeaient Thomas « intelligent et digne de confiance », on lui attribua la fonction de superviser les autres esclaves loués par le collège et de faire des achats pour le collège, « à condition qu’il respecte les règles du procureur [le trésorier jésuite] ». Bien que ses propriétaires le jugeaient fiable, Thomas a peut-être profité de sa fonction pour résister à son asservissement. Tout comme les esclaves ont perturbé leur régime de travail ou les profits de leurs propriétaires en ralentissant le travail et en cassant des outils, Brown a peut-être utilisé son pouvoir d’achat pour frustrer ses propriétaires en dépensant plus de leur argent qu’ils ne le souhaitaient ou en achetant des biens pour lui et ses proches en feignant l’ignorance. John Anthony Elet, un des jésuites, se plaignit plus tard que Brown « achète rarement des choses à un prix modéré et d’ailleurs très rarement au prix le plus bas. Un acheteur parmi nous [les jésuites] est vivement souhaité. » Pendant ce temps, Elet a tenté chaque fois que possible de faire des achats lui-même, ne comptant sur Brown ou un autre esclave que lorsque quelque chose était nécessaire dans l’immédiat. Malgré les efforts d’Elet, des esclaves comme Brown ont persisté à perturber leur travail. Ils ont réussi à exaspérer leurs propriétaires, parfois à les convaincre de confier des tâches à d’autres jésuites, comme lorsque le recteur Peter Verhaegen se plaignait qu’une « plus grande économie aurait été offerte si les tâches des frères n’étaient pas assumés par des esclaves à qui nous ne pouvons guère confiance. »

Bien qu’il soit difficile de déterminer à travers les paroles des jésuites si Thomas Brown sabotait délibérément les tâches qu’il devait faire, sa propre voix montre clairement qu’il a utilisé ses connaissances de la hiérarchie des jésuites et qu’il a mis à profit sa dévotion perçue pour résister à son asservissement.

En 1833, il écrivit aux dirigeants jésuites du Maryland, se plaignant des conditions de logement auxquelles son propriétaire, le président de l’Université de Saint-Louis Peter Verhaegen S.J., le soumettait :

     « L’humble discours de Thomas Brown, un homme de couleur, montre de manière principalement soumise que lui et sa femme sont très mal traités par le révérend père Verheagan, président de l’Université de Saint-Louis, qui est mon maître actuel. Je suis un fidèle serviteur de la Compagnie depuis 38 ans; et ma femme Molly est née et a grandi dans la Compagnie, elle a maintenant environ 52 ans. Maintenant, nous n’avons pas d’endroit où reposer nos têtes pendant ces années vieillesses après tout notre service. Nous vivons actuellement dans une maison en bois pourri, si vieille et délabrée qu’à chaque coup de vent, nous avons peur pour nos vies et telle qu’elle est, elle appartient à l’un des voisins.
– – -  

     le reste des esclaves sont assez bien établis et le père Verheagen veut que ma femme et moi vivions dans le grenier de l’une des remises où il n’y a pas de cheminée ni aucun moyen de nous réchauffer pendant l’hiver – et votre Révérence sait qu’il fait assez froid ici. Je n’en ai aucun doute, le froid va nous tuer ici, ma femme et moi. Pour éviter le mal, je suis prêt à acheter ma liberté et celle de ma femme si vous acceptez 100 dollars, dont 50 dollars que je peux payer en espèces, le reste dès que possible 

     Révérend père, considérez que c’est autant que je peux amasser, et autant que valent nos vieux os; ayez pitié de nous, laissez-nous être libres pour cent dollars ou sinon, nous périrons sûrement au froid. Oh! Révérend père, entendez ma requête, soyez heureux de prendre mon cas en considération – et je prierai pour vous pendant que je vivrai. – – Je reste impatiemment votre serviteur le plus humble et obéissant,

     Thomas Brown
     Un homme de couleur

Pour voir une image de la lettre originale, visitez les archives sur l’esclavage de Georgetown.

Thomas Brown a laissé une note au bas de la lettre, indiquant que la réponse devrait être adressée à Patrick Walsh, juge de paix à Saint-Louis, qui lui ferait parvenir la lettre au collège. Brown se méfiait peut-être des conséquences d’une réponse tombant entre les mains de ses propriétaires; il a peut-être aussi travaillé avec Walsh pour tenter d’obtenir sa liberté. Aucune preuve de réponse n’a été trouvée de la part des jésuites du Maryland.

Un nouveau bâtiment en brique pour les esclaves de l’Université Saint-Louis avait été construit au moment où Brown a écrit la lettre, prêt pour l’installation de planchers en août 1833. Il est peut-être resté inhabitable au moment où Brown a écrit ou peut-être était-ce l’endroit où vivaient les autres esclaves dont faisait référence Brown. En janvier 1834, Verhaegen rapporta à son supérieur à Rome : « Nous avons construit trois bâtiments en brique, à savoir une nouvelle aile, une infirmerie et des maisons pour les nègres… » On ne sait pas si Thomas Brown a pu obtenir un meilleur logement ou sa liberté.

In this map of Saint Louis University’s downtown campus, the enslaved quarters are depicted as the cabin in the bottom right corner. Image courtesy of Saint Louis University Archives.

Aucun document n’a encore été trouvé pour déterminer ce que sont devenus Thomas Brown et sa pétition pour la liberté, mais il est probable qu’il mourut alors qu’il était encore un esclave des jésuites. Molly Brown, sa femme, demeura une esclave des jésuites jusqu’à sa mort le 17 décembre 1852; elle avait alors environ 71 ans. Elle travailla au St. Francis Xavier College Church jusqu’à ce que ses propriétaires la renvoient à Florissant pour servir le père Judocus Van Assche à l’église Saint-Ferdinand le 27 avril 1846. Au cours de sa vie, Molly avait travaillé pour les jésuites dans leur plantation de White Marsh au Maryland, au séminaire Saint Stanislaus de Florissant au Missouri, à l’Université de Saint-Louis, sur le campus du St Francis Xavier College Church et à l’église Saint-Ferdinand de Florissant. Le jour de sa mort, on peut lire dans le journal de la maison Saint Stanislaus ce qui suit : « La pieuse Marie, une esclave, est morte. Repose en paix. »

Pour en savoir plus sur nos efforts pour prendre contact avec les descendants d’esclaves, veuillez cliquer ici. Si vous pensez être un descendant, nous vous invitons à nous contacter à l’adresse courriel shmr@jesuits.org ou par téléphone au 314-758-7159.

Cette recherche a été compilée par Kelly L. Schmidt. Citation recommandée: Kelly L. Schmidt, Thomas and Molly Brown, Projet « Esclavage, histoire, souvenir et réconciliation », 2020.

Mise à jour : juin 2020

4511 W. Pine Blvd.
St. Louis, MO 63108

SHMR@jesuits.org
314.758.7159