Le projet « Esclavage, histoire, souvenir et réconciliation » est une initiative de la Conférence jésuite du Canada et des États-Unis. Notre bureau est situé à Saint-Louis, où nous travaillons en étroite collaboration avec l’Université de Saint-Louis. Nous travaillons également en partenariat avec la St. Louis African American History and Genealogy Society pour nos efforts de recherche. La Compagnie de Jésus a eu recours au travail des esclaves dans le monde entier, presque depuis sa fondation. En Amérique du Nord coloniale et au fil du temps, aux États-Unis, leur travail involontaire a aidé à établir, à étendre et à soutenir les efforts missionnaires jésuites et les établissements d’enseignement jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1865. Pendant l’ère coloniale, les jésuites tenaient les gens en servitude dans ce qui est aujourd’hui le Maryland, la Pennsylvanie, l’Illinois, le Canada et la région des Grands Lacs. Au cours du 19e siècle, le travail des esclaves soutenait les missions jésuites, les églises et les écoles du Maryland, de la Pennsylvanie, du Missouri, du Kentucky, de la Louisiane, de l’Alabama, de l’Illinois et du Kansas. L’Université de Georgetown, l’Université de Saint-Louis et le Spring Hill College dépendaient directement du travail des esclaves, tout comme les universités du Kentucky et de la Louisiane qui sont maintenant fermées. Nous, les jésuites, regrettons profondément notre participation à cette institution maléfique. Personne aujourd’hui ne peut concilier ces actions avec l’enseignement actuel de l’Église ou avec nos engagements en tant que jésuites, mais elles sont une partie indéniable de notre histoire. Nous sommes maintenant appelés à une réponse intentionnelle : celle qui met en avant les expériences vécues des esclaves, qui reconnaît l’héritage de la détention d’esclaves jésuites et qui est faite en collaboration avec les descendants d’esclaves et ceux qui dans nos communautés continuent à souffrir des conséquences de l’esclavage. Nous avons commencé par mener des recherches approfondies en nous concentrant intentionnellement sur la vie des esclaves. Ce processus continu de création d’une image plus complète du passé nous a permis de retracer les lignées familiales et de communiquer avec les descendants afin qu’ils puissent être à la table dès le début des conversations sur la façon dont les jésuites et leurs institutions devraient agir pour réparer les dommages causés par l’esclavage. Travailler en étroite collaboration avec les communautés descendantes de l’esclavage nous permettra de nous attaquer aux vestiges persistants de la détention d’esclaves jésuites qui se manifestent dans nos écoles, universités et paroisses. Nous nous engageons à avoir une approche interinstitutionnelle qui inclut et invite les contributions de multiples parties prenantes, y compris les descendants d’esclaves et les communautés descendantes, les membres de la communauté, les érudits, les jésuites et les écoles jésuites, les ministères et les paroisses.

4511 W. Pine Blvd.
St. Louis, MO 63108

SHMR@jesuits.org
314.758.7159

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer