Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Ordinands de 2023

Simon P. Zachary, SJ

Province: Ouest des États-Unis

Ville d’origine: Glendale (Arizona)

Faits saillants de sa formation jésuite

  1. Il a enseigné l’anglais langue seconde (ESL) au Centre Ste-Rita dans le Bronx, à New York, où il a accompagné des migrants et des réfugiés.
  2. Il est retourné à son alma mater, la Brophy College Preparatory de Phoenix, pour préparer et enseigner un cours d’études sociales et pour être plus proche de sa mère avant son décès.
  3. Il a passé un semestre à étudier le français et la théologie au Centre Sèvres, théologat jésuite à Paris.

Après son ordination 
Il ira à la Seattle Preparatory School enseigner la théologie et les études sociales, et collaborer à l’aumônerie universitaire et à la formation de la foi des adultes.

Simon avec des élèves du cours d’ESL au Centre Ste-Rita dans le Bronx, à New York.

Études
Baccalauréat en administration des affaires, Gonzaga University; maîtrise en économie politique, Fordham University; maîtrise en leadership éducatif catholique; maîtrise en théologie pastorale, Jesuit School of Theology of Santa Clara University

Un passe-temps que tu cultives comme jésuite, et son importance pour toi ?
Au cours de mes premières années chez les jésuites, j’aimais faire de longues courses : la proximité de la plage m’y aidait certainement. Mais après quelques années, j’ai constaté que mes genoux devenaient douloureux. J’ai donc opté pour quelque chose que tout le monde peut faire, un passe-temps qui n’a rien à voir avec le conditionnement physique : la cuisine et la pâtisserie ! Plus sérieusement, j’essaie de trouver un équilibre entre une alimentation saine et des aliments qui ont bon goût. (Les compagnons qui vivent avec moi vous diront si j’y arrive.) Ma dernière trouvaille est une crème glacée maison.  Je trouve que la cuisine peut être une façon d’exprimer de l’amour à mes frères, à ma famille et à mes amis; c’est aussi le moyen de partager des recettes et des traditions. Et de rassembler les gens autour de la table pour une bonne conversation !

Simon prend le thé avec sa nièce et son neveu.

Un mentor important pour toi dans ton cheminement et ce qui a fait de lui un bon mentor.
Je pourrais citer des dizaines de jésuites qui ont été mes mentors. Mais si je dois réduire la liste, je dirais que Tony Harris, SJ, et feu Tony Sauer, SJ, ont tous deux laissé leur empreinte sur mon cœur. J’ai rencontré Tony Harris dès mes premiers jours au noviciat ; il m’a aidé à cesser de m’inquiéter et à mettre la gratitude envers Dieu au premier plan de ma prière. Tony Harris va m’ordonner prêtre, ce qui convient tout à fait vu qu’il a beaucoup contribué à façonner ma spiritualité. Quant à Tony Sauer, j’ai appris à le connaître lorsque j’enseignais au secondaire à Phoenix. Tony était connu pour sa gentillesse et sa façon d’encourager les personnes autour de lui. « Vous travaillez trop dur », disait-il à tout le monde presque à chaque occasion. Et il faisait preuve d’une profonde humilité. On n’imaginait pas tout le travail qu’il avait accompli pendant sa vie tant il aimait rire de lui-même. Je pense qu’il avait pour unique objectif de répandre l’amour de Dieu partout où il se trouvait.