Histoires

By MegAnne Liebsch

15 juin 2020 – Les matins au centre d’accueil Pope Francis Center commencent juste après 6h00. La petite équipe de travailleurs fait la queue pour faire vérifier leur température, puis ils se changent en vêtements de travail qui sont lavés sur place tous les jours. Enfin, ils enfilent des gants et des masques et se mettent au travail en se préparant pour le déjeuner de 7h00. Chaque jour, le Pope Francis Center (PFC) sert plus de 200 personnes sans-abri dans la région de Detroit, en leur fournissant des repas quotidiens, des services de santé et d’hygiène et l’hospitalité.

Habituellement, le PFC peut compter sur des centaines de bénévoles pour gérer les repas quotidiens et les services communautaires. Toutefois, tout comme de nombreux ministères jésuites, le PFC a suspendu ses programmes de bénévolat pour des raisons de sécurité. Afin de pouvoir garder le centre ouvert et fonctionnel, plusieurs jésuites ont déménagé à Detroit pour aider le personnel du PFC à fournir des services cruciaux à un nombre croissant de personnes dans le besoin en cette époque de la covid-19.

« Tous les moyens que ces gens auraient pour subvenir à leurs besoins en temps normal se sont taris », déclare Jake Braithwaite S.J., qui est venu se porter bénévole au PFC au plus fort de la pandémie. « Le nombre [d’invités] vient de monter en flèche. Les gens ont vraiment faim. »

Un seul invité peut être servi à la fois en raison de mesures de distanciation physique (Jim West / CNS Photo).

En 2018, la campagne pour mettre fin au sans-abrisme Michigan’s Campaign to End Homelessness a révélé que plus de 65 000 personnes dans l’État étaient sans-abri cette année-là, dont plus du quart qui vivaient à Detroit. « Avant la pandémie, le PFC servait environ 275 à 325 repas par jour. Au début du mois avril, ce nombre a explosé à plus de 450 repas par jour, atteignant même 570 repas une journée », a déclaré Harrison Plaskey, directeur d’étage.

« Des personnes qui étaient peut-être à la limite avant, comme les chauffeurs de taxi et les serveurs, ce sont des gens qui sont dans notre file d’attente et qui n’étaient pas là avant », déclare le frère bénévole Matt Wooters S.J. Bien que le plan de relance ait contribué à niveler ces chiffres, le PFC sert toujours plus de 350 repas par jour.

Chaque jour, le PFC offre le déjeuner et le dîner. Pour favoriser la distanciation physique, un bénévole sert la nourriture à travers les portes sur le côté de la bâtisse du centre. Ensuite, les invités sont encouragés à prendre leurs repas sous les grandes tentes blanches érigées de l’autre côté de la rue, où les chaises sont espacées de six pieds. Les personnes dans le besoin peuvent également accéder à des douches portables et le vendredi matin, un médecin local offre des services de santé. Le PFC travaille également avec un service de buanderie local afin que les clients puissent faire nettoyer leurs vêtements sans frais.

Le directeur exécutif le père Tim McCabe S.J. met de nouveaux bas sur un invité (Pope Francis Center).

Un bénévole du PFC nettoie les douches portatives pour les invités (Pope Francis Center).
Selon Josh Hinchie S.J., la pandémie a forcé le personnel régulier du PFC à se surmener. Hinchie, qui étudie à l’université Loyola de Chicago, avait initialement prévu d’enseigner l’anglais et la philosophie au Vietnam cet été mais avec le virus, ces plans ont échoué. Plutôt, il a répondu à l’appel.

« La véritable histoire de ce qui se passe au Pope Francis Center est que le personnel peu nombreux qui dirige l’endroit fait maintenant le travail d’une douzaine de personnes chacun », dit Braithwaite. Plaskey vient au centre pendant ses jours de congé. Le bénévole jésuite John Fitzgerald se présente tous les jours sans exception pour préparer le café. Le frère Denis Weber S.J. se réveille à 3h00 pour s’assurer que le déjeuner soit prêt. Weber avait l’habitude de compter sur une « armée » de bénévoles pour préparer chaque repas, mais maintenant lui et un autre membre du personnel sont responsables de la préparation de plus de 350 repas par jour.

Le frère Denis Weber S.J. (à droite) est responsable de centaines de repas chauds par jour, en plus des lunchs pour emporter (Pope Francis Center).

Alors que le personnel du PFC a travaillé sans relâche pour continuer à offrir ses services et assurer la santé de la communauté, les réalités de la quarantaine empêchent les invités de PFC d’accéder à d’autres soutiens essentiels, tels que les soins de santé mentale. Les personnes sans logement sont plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé chroniques ainsi que de problèmes de santé mentale. Un troublant 78 pour cent des personnes sans-abri souffrent de maladie mentale.

« Beaucoup de gens travaillaient très fort sur la santé mentale », dit Braithwaite. « Le manque de soutien social dont ils bénéficient à l’heure actuelle signifie que cela s’est en grande partie détérioré. Nous avons vu beaucoup de problèmes de santé mentale, beaucoup de rechutes et c’est difficile. »

Au cœur de la pandémie, la pandémie isole les personnes sans domicile. De nombreux clients du PFC sont incapables de travailler, de bénéficier de services de santé ou même de dormir. Au PFC, les repas et les vêtements sont distribués par un seul bénévole afin de minimiser le risque de transmission, ce qui diminue « le niveau d’interaction personnelle que nous souhaitons avec nos invités », dit Hinchie.

Pourtant, la communauté du PFC est pleine d’espoir. « Même quand j’oublie de le faire, [les invités] reviennent constamment au Christ et à la manière dont Dieu œuvre dans leur vie », dit Braithwaite. « Et ils font preuve de beaucoup de résilience à un moment où ils ont encore une fois été abandonnés dans la rue et où ils font face à beaucoup de difficulté. »

Jake Braithwaite S.J. (à droite) offre à un invité un masque (Pope Francis Center).

Pour beaucoup, le travail en cours du PFC a également été une source d’espoir. « Nous constatons cette incroyable générosité », a déclaré le directeur exécutif, le père Tim McCabe S.J., aux abonnés sur Facebook. Leur récente campagne de financement a permis d’amasser 635 000 $, ce qui garantira que les repas, les stations de lavage des mains, les douches et les services d’accueil seront toujours disponibles pour la communauté.

En plus des dons, Wooters dit que les petits gestes de gentillesse de la communauté sont « vraiment, vraiment beaux ». Chaque repas au PFC est servi avec des ustensiles enroulés dans des serviettes – un petit détail qui prend beaucoup de temps à préparer chaque jour. Lorsque Wooters a envoyé un texto à quelques amis à propos de cette tâche fastidieuse, ils sont passés à l’action. « En deux jours, j’ai eu un millier de fourches enroulées », dit Wooters.

Les bénévoles traitent des centaines de dons chaque jour (Pope Francis Center).

« Ce soutien communautaire est un rappel poignant des liens humains, de la solidarité qui nous unit et ce, même dans l’isolement. Et si vous cherchez un moyen d’exprimer cette solidarité avec les communautés vulnérables, Hinchie dit : « Commencez par la prière, puis travaillez. »

Pour le frère Wooters, une prière improbable lui a apporté réconfort et espoir. « “Bénis-nous, ô Seigneur, et ces dons que nous sommes sur le point de recevoir…” Je prie cela chaque matin avant d’ouvrir la porte du Pope Francis Center », dit-il. « [Je] demande la bénédiction de Dieu, sachant néanmoins aussi que les sans-abri qui viennent chez nous sont des cadeaux que nous sommes sur le point de recevoir de Dieu. »

Pour faire un don aux ministères sociaux jésuites dans le cadre de la covid-19, allez à www.jesuits.org/donate2020.

 

 

MegAnne Liebsch est associée en communication pour le Bureau de la justice et de l’écologie de la Conférence jésuite.

Contenu relié

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer