Histoires

9 septembre 2020 — C’est aujourd’hui la fête de saint Pierre Claver, missionnaire jésuite et saint patron des esclaves, des missions d’Afrique et de la justice interraciale. Saint Pierre Claver a consacré sa vie au service des esclaves africains transportés en Colombie au 17e siècle.

Né le 26 juin 1580 en Catalogne (Espagne), Pierre Claver fit ses études à l’Université de Barcelone et entra chez les jésuites à l’âge de 20 ans, en 1602. Il étudiait la philosophie à Majorque en 1605 quand il se lia d’amitié avec le frère jésuite Alphonse Rodriguez. Le frère Rodriguez était portier et ses journées passaient à effectuer des travaux domestiques; il encouragea le jeune Claver à devenir missionnaire dans les colonies espagnoles d’Amérique.

En 1610, Pierre Claver quittait l’Espagne pour Carthagène (Colombie) où, après cinq autres années d’études, il fut ordonné prêtre. Même si au 16e siècle déjà, le pape Paul III avait plusieurs fois condamné l’esclavage, les colons européens continuaient d’importer des esclaves africains pour travailler dans les plantations et dans les mines. Pierre Claver plongea dans ce ministère : il se mit au service des esclaves africains en dépit de ses propres problèmes de santé et de la barrière que dressaient les langues entre lui et la population qu’il cherchait à aider.

Accompagné de catéchistes polyglottes, Pierre Claver montait à bord de tous les navires qui entraient dans le port. Il arrivait à travailler au milieu des esclaves et leur apportait une aide immédiate, leur offrant des médicaments, des biscuits, du brandy, du tabac et des citrons. « Il faut leur parler avec nos mains, disait-il, avant d’essayer de leur parler avec nos lèvres. » Chaque fois qu’il découvrait un bébé né pendant la traversée ou un esclave à l’article de la mort, il s’arrêtait pour les baptiser sur-le-champ.

Pierre Claver accomplissait ce travail en ne s’accordant qu’un minimum de nourriture et de sommeil. Sa vie d’humilité et de pénitence donnait lieu à des manifestations miraculeuses, comme lorsque des malades étaient guéris après avoir touché son manteau ou qu’il semblait enveloppé d’une lumière surnaturelle lors de ses visites à l’hôpital.

Dans les dernières années de sa vie, le père Claver fut atteint de la peste et il était trop malade pour quitter sa chambre. Quand on lui administra les derniers sacrements en 1654, les Carthaginois se pressèrent dans sa chambre pour le voir une dernière fois, au point de faire de l’endroit un sanctuaire.

Il mourut le 8 septembre 1654, après avoir baptisé et enseigné la foi à plus de 300 000 esclaves pendant les quarante ans qu’il vécut à Carthagène.

Béatifié par le pape Pie X le 16 juillet 1850, il fut canonisé avec son ami Alphonse Rodriguez, le 15 janvier 1888, par le pape Léon XIII

 

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer