Histoires

15 mars 2021 – Dans le cadre d’une entreprise historique visant la guérison et la justice raciales, les Descendants d’ancêtres réduits en esclavage et vendus par les jésuites ainsi que les Jésuites des États-Unis ont annoncé un partenariat pour créer la Descendants Truth & Reconciliation Foundation (Fondation Vérité et Réconciliation des Descendants).


Cette fondation, créée par la GU272 Descendants Association et les jésuites, est un partenariat inédit entre les Descendants des personnes asservies et les descendants des esclavagistes. JPMorgan Chase soutient cette association historique.

Earl Williams senior, Cheryllyn Branche, Père Général Arturo Sosa, SJ, Joseph Stewart et P. Timothy Kesicki, SJ

« Depuis sa création, la GU272 Descendants Association a choisi d’identifier et de reconstruire les familles de nos ancêtres qui ont été séparées et souvent détruites par l’institution brutale de l’esclavage et de créer un mécanisme durable d’investissement afin d’encourager et d’élever les Descendants pour de nombreuses générations futures », a déclaré Cheryllyn Branche, présidente de la GU272 Descendants Association. « Grâce à la Descendants Truth & Reconciliation Foundation, nous rendrons honneur et dignité à nos ancêtres en institutionnalisant ces objectifs pour nos enfants, les enfants de nos enfants et les Descendants pour les siècles à venir. »

Les Descendants Earl Williams senior et Cheryllyn Branche avec le P. Scott Santarosa, SJ.

La mission de la Fondation est de soutenir les aspirations éducatives des Descendants des générations futures ainsi que de jouer un rôle de premier plan en engageant, promouvant et soutenant des programmes et des activités qui mettent en lumière la vérité, accélèrent la guérison et la réconciliation raciales, et font progresser la justice et l’égalité raciales aux États-Unis.

La mission de la Fondation va toutefois au-delà de la réconciliation avec les événements de ce moment particulier de l’histoire. La Fondation a pour objectif de développer une compréhension approfondie et une réconciliation avec les nombreuses institutions d’enseignement supérieur et autres entités qui ont profité de l’esclavage. Lorsque les membres de la Fondation ont pris conscience de leur histoire en 2016, ils ont choisi de ne pas chercher à obtenir des règlements individuels en espèces, mais plutôt de rechercher un investissement substantiel et durable en vue d’améliorer le bien-être des Descendants pour les générations futures.

Joseph Stewart à l’Université de Georgetown

« Pendant plus de 400 ans, notre pays a nié la destruction humaine continuelle causée par l’esclavage et le racisme conscient et inconscient qui divise nos communautés et notre nation », a déclaré Joseph Stewart, président par intérim de la Descendants Truth & Reconciliation Foundation et l’un des plus de 1 000 Descendants d’Isaac Hawkins, un homme asservi qui, avec de nombreux autres hommes, femmes et enfants asservis, a été vendu pour sauver l’Université de Georgetown de la ruine financière. « Après 182 ans, les Descendants et les jésuites se sont réunis dans un esprit de vérité, de guérison raciale et de réconciliation, plaçant la Descendants Truth & Reconciliation Foundation dans une position unique pour donner l’exemple et guider l’Amérique dans le démantèlement des vestiges de l’esclavage et l’atténuation de la présence du racisme. Notre partenariat poursuivra et soutiendra la création d’une réalité nouvelle et durable d’amour et de justice pour tous les membres de notre humanité commune. »

Les membres de la communauté des Descendants se sont réunis lors de l’inauguration du Isaac Hawkins Hall à l’Université de Georgetown, nommé en l’honneur de l’un des ancêtres vendus lors de la vente de 1838.
Le P. Timothy Kesicki, SJ, a présenté des excuses publiques aux Descendants des personnes réduites en esclavage à l’Université de Georgetown.

La Fondation a pour origine les événements de 1838, quand 272 hommes, femmes et enfants asservis ont été vendus par les propriétaires jésuites de l’Université de Georgetown à des propriétaires de plantations en Louisiane. « Notre histoire honteuse de l’esclavagisme jésuite aux États-Unis a été retirée d’une étagère poussiéreuse et ne pourra jamais y être remise », a déclaré le P. Tim Kesicki, SJ, président de la Conférence des jésuites du Canada et des États-Unis. « Le racisme perdurera en Amérique si nous continuons à détourner les yeux de la vérité historique et de la façon dont elle nous affecte tous encore aujourd’hui. Les effets durables de l’esclavage appellent chacun d’entre nous à faire le travail de vérité et de réconciliation. Sans cette union des cœurs et des mains dans une véritable unité, le cycle de la haine et de l’inégalité en Amérique ne prendra jamais fin. »

La Citizens Bank of New Orleans, rachetée plus tard par JPMorgan Chase, a utilisé les 272 humains réduits en esclavage comme garantie. Pour soutenir ses objectifs, la Fondation a mis en place un fonds fiduciaire pour lequel JPMorgan Chase servira de cofiduciaire et fournira entre autres des services de planification et de conseil. « L’institution de l’esclavage et le racisme systémique sont des moments tragiques de l’histoire de l’Amérique, et nous avons la responsabilité de mener un changement durable pour les personnes et les communautés qui ont été touchées par cet héritage amer », a déclaré Brian Lamb, responsable mondial de la diversité et de l’inclusion chez JPMorgan Chase. « Nous sommes fiers de soutenir les Descendants et les jésuites dans leur recherche de solutions par la vérité, la guérison raciale et la transformation pour aider à démanteler l’héritage de l’esclavage et à construire une société plus équitable, non seulement aujourd’hui, mais aussi et pour les générations futures. »

Leaders des Descendants, jésuites et représentants de Georgetown sur les tombes des ancêtres, au Immaculate Heart of Mary Cemetery.
Peter Hawkins, né en 1824 et photographié ici en 1905, fut le premier enfant né en esclavage au Jesuits’ Saint Stanislaus Novitiate and Farm à Florissant, dans le Missouri. En 1823, ses parents ont été vendus de la plantation jésuite de White Marsh, dans le Maryland.

Cette annonce survient après plusieurs années d’un puissant processus de dialogue entre les leaders des Descendant, les provinciaux jésuites et les représentants de Georgetown. En mai 2017, environ un an après avoir appris leur lien avec ce passé tragique et empreint de péché, les dirigeants des Descendants avaient adressé une pétition au P. Arturo Sosa, SJ, le Supérieur Général des jésuites, pour qu’il réagisse. Le P. Kesicki avait présenté des excuses publiques pour l’esclavagisme jésuite lors d’une liturgie de mémoire, de contrition et d’espoir à l’Université de Georgetown. Le P. Sosa a répondu à la lettre des Descendants en écrivant : « La pratique de l’esclavage par les jésuites aux États-Unis, et en particulier la vente de 272 personnes réduites en esclavage par les jésuites du sud du Maryland à des acheteurs en Louisiane, était à la fois un péché et une trahison, car la Compagnie a privé vos ancêtres de leur dignité humaine. » Le P. Sosa a ensuite appelé les provinciaux américains à dialoguer avec les Descendants dans le cadre de la Conférence des Jésuites. À l’été 2018, peu après avoir reçu la lettre du Supérieur Général, M. Stewart a appelé le P. Kesicki et les deux se sont rencontrés en personne au domicile de M. Stewart dans le Michigan.

Frank Campbell, l’un des personnes réduites en esclavage vendues par les Jésuites du Maryland en 1838. La jeune fille sur la photo a été identifiée comme étant la petite-fille de Frank Campbell, Mary Jane. Source : Archives de l’esclavage de Georgetown

Cette première rencontre, qui s’est transformée en une relation forte et solidaire, a ouvert la porte à une entreprise franche, honnête et constructive visant à restaurer la dignité humaine que la Compagnie a volée aux ancêtres des Descendants. Dans l’année qui a suivi leur première rencontre, ils ont amené les leaders des Descendants, les provinciaux jésuites et les représentants de l’Université de Georgetown à participer à un processus de dialogue officiel parrainé par la Fondation W.K. Kellogg. La Fondation Kellogg est mondialement connue pour son engagement en faveur de la vérité, de la guérison raciale et de la transformation. La restauration de la dignité humaine nécessitera un engagement total de la part de tous ceux qui participent au processus de dialogue.

En 2020, les leaders de la Descendants Association ont rencontré le P. Sosa lors de sa visite aux États-Unis. Cette rencontre historique a solidifié ce partenariat Descendant-jésuite pour l’avenir.

Ce qui a émergé de ce processus est un partenariat à vie et un engagement partagé pour la transformation et la conversion. Cette vision commence un nouveau chapitre aujourd’hui avec l’annonce de la Descendants Truth & Reconciliation Foundation.

Retour haut de page
Tweetez
Partagez
Enregistrer