Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

News Story

Sœur Jean Dolores Schmidt, BVM : Une légende vivante à l’Université Loyola de Chicago

Le 8 mars 2016 – Rock star, nonne de basket-ball, aumônière bien-aimée – voilà quelques exemples de la façon dont la communauté de l’Université Loyola de Chicago décrit Sœur Jean Dolores Schmidt, BVM. Elle dit qu’il suffit de l’appeler “Sœur Jean”. Elle est à Loyola depuis plus d’un demi-siècle et a été aumônière de l’équipe masculine de basket-ball depuis le début des années 1990. A 96 ans, Sœur Jean dit : “Je m’amuse tout le temps.”

Sœur Jean fait partie des milliers de religieuses qui sont célébrées pendant la semaine nationale des sœurs catholiques, du 8 au 14 mars. Les religieuses servent Dieu à travers une diversité de ministères ; dans le cas de Sœur Jean, son impact peut être ressenti par plusieurs générations d’étudiants.

Sœur Jean avec les élèves de Loyola au départ.

Lors de la célébration de son 95e anniversaire en 2014, le Père Michael Garanzini, jésuite et président de Loyola, a souligné avec tact que “Sœur Jean est plus âgée que les grands-parents des parents de notre classe de première année… Sœur Jean travaillait déjà chez Loyola avant que Loyola adopte un plan de retraite pour ses employés !

Le Père Garanzini a poursuivi en disant que Sœur Jean est “plus connue et plus aimée que quiconque sur le campus”. Que peut-on offrir à une religieuse de 95 ans le jour de son anniversaire ? “Bien sûr, dans ce cas, c’est facile : une nouvelle paire de chaussures de course!” a déclaré Père Garanzini.

Sœur Jean portant ses ‘Nike’ personnalisés.

Vous trouverez Sœur Jean portant une paire de chaussures de sport personnalisée lors des matchs de basket, et elle est honorée de servir d’aumônière de l’équipe masculine. “Je suis sur la ligne de touche avec mes ‘Nike’ et mes trifocaux, je mesure 1,50 m, je suis dominée par les athlètes, mais ils me traitent comme une reine”, dit-elle.

Sœur Jean prend son travail au sérieux, en repérant les équipes adverses avant les matchs et en donnant son avis sur les joueurs à surveiller lors des rassemblements d’avant-match. L’entraîneur Porter Moser se souvient que lorsqu’il a obtenu ce poste, il a trouvé sur son bureau un rapport de repérage de tous les joueurs actuels, rédigé par Sœur Jean. “J’étais époustouflé. Elle est une parmi un milliard.”

Elle ne mesure peut-être qu’un mètre cinquante, mais Sœur Jean est très présente sur et en dehors du terrain de basket à Loyola.

Elle sert également de guide pour l’équipe, en se concentrant sur leur développement éducatif et personnel ainsi que sur l’athlétisme. Elle envoie même à chaque joueur un courriel personnel après les jeux.

Pleine de foi et sans peur

Née en 1919 à San Francisco, Sœur Jean dit qu’elle a su dès la troisième année qu’elle voulait être religieuse et aider les gens. “J’aime être avec les gens, répandre la parole de Dieu. Et tu le fais non pas en parlant tout le temps, mais juste par ta présence.”

Sœur Jean avec les meneuses de claques de Loyola.

Sœur Jean dit que, grandissant dans une famille catholique, elle a embrassé sa foi et cherché l’aventure. Elle se souvient qu’en deuxième année, elle a eu l’audace de remettre un valentin en main propre à un mignon garçon de sixième année nommé Charles. “Charles est devenu prêtre jésuite et président de l’Université de San Francisco!”

En huitième année, Sœur Jean avait économisé l’argent de son anniversaire, de Noël et de sa première communion pour se rendre à Chicago pour l’exposition universelle de 1933. Lorsqu’elle a présenté son projet à ses parents, sa mère lui a demandé comment elle allait payer son logement. “Je n’ai pas sourcillé. Oh, je suis sûre que les religieuses seront heureuses de m’héberger. Je n’avais peur de rien.”

À 18 ans, elle prend un traversier de San Francisco à Oakland puis embarque dans un train à destination de Dubuque, Iowa, pour entrer au couvent, la maison mère des sœurs de la charité de la Sainte Vierge Marie. “J’étais armée d’une valise, de deux filles de la classe supérieure à l’école et d’un sentiment de possibilité”, se souvient-elle.

Après être devenue religieuse, elle a passé deux décennies à travailler comme enseignante en école primaire et à entraîner des filles au basket-ball, au volley-ball, à la balle molle et à l’athlétisme dans des écoles de Chicago, Los Angeles et North Hollywood.

En 1961, elle a accepté un poste d’enseignante au Mundelein College, un établissement catholique exclusivement féminin situé près du campus de Loyola, dans le quartier de Rogers Park à Chicago. Trente ans plus tard, elle y est toujours lorsque le collège s’est affilié à Loyola, et en 1994, elle devient aumônière de basket-ball. Elle l’a fait depuis, en plus de prendre la navette du campus avec les étudiants et de distribuer des cartes de prière pendant la semaine des examens.

Sœur Jean dit que les étudiants la gardent jeune.

À quoi attribue-t-elle sa bonne santé et sa longévité? “Je dis que je mange bien, que je dors bien et que j’espère que je prie bien et que je fais ces choses tous les jours”.

Bien que le nombre de jeunes catholiques entrant dans la vie religieuse soit plus faible que lorsque Sœur Jean était jeune, elle dit : “Tout ce que vous avez à faire est de passer une journée avec les étudiants ici à Loyola et vous serez rempli d’un grand espoir pour l’église.

Sœur Jean regarde un match de basket de Loyola.

“Et je suis enthousiasmé par le Pape François, pas seulement parce qu’il est jésuite, mais parce qu’il nous demande d’évangéliser, de partager notre foi avec d’autres personnes et d’écouter leur foi aussi. Il a besoin de notre aide. Nous ferions mieux de la lui donner! Il ne cesse de nous dire : “Dieu nous aime”. Nous pouvons nous fatiguer d’aimer Dieu, mais il ne se fatigue jamais de nous aimer”. Pour moi, c’est un grand cadeau”.

Sœur Jean est unique en son genre et ça lui convient. “Nous devons mener des vies extraordinaires. Je n’ai pas besoin d’être comme quelqu’un d’autre. Je dois juste être moi.”


Trouvez des récits sur Soeur Jean et d’autres sœurs sur Sister Story.

[Sources: Huffington PostSister StoryChicago TribuneLoyola Phoenix; photos via l’Université Loyola de Chicago]

Vous voulez en savoir plus sur les vocations dans la Communauté de Jésus ? Visitez le site www.jesuitvocations.org pour plus d’informations.

Scroll to Top
Tweet
Share
Pin