Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Joshua M. Peters, S.J.

Province : Midwest des États-Unis

Date de naissance : 29 septembre 1978

Ville d’origine : Detroit, Michigan

Éducation : Baccalauréat en études américaines, Université de Dayton; Maîtrise en philosophie sociale, Université Loyola de Chicago; Maîtrise en théologie, Université Xavier de Louisiane; Maîtrise en divinité, Jesuit School of Theology de l’Université de Santa Clara

Points forts de la formation de jésuite :
1. Il a travaillé sur les réserves indiennes de Rosebud et de Pine Ridge dans l’État du Dakota du Sud.
2. Il a enseigné à l’école secondaire Christ the King Jesuit College Preparatory School à Chicago et a chanté avec la chorale gospel à l’église catholique africaine Saint-Benedict.
3. Il a étudié la théologie au trimestre d’été de 2019 à l’Université Hekima à Nairobi au Kenya.

Post-ordination : Il servira de pasteur associé dans la paroisse Christ the King/Trinity Vicariate à Detroit au Michigan.

Regarder la diffusion en direct de l’ordination du père Peter ci-dessous :

Biographie :
Le père Joshua M. Peters, S.J., est né à Detroit, dans le Michigan, ses parents Michael et Helen était tous deux enseignants catholiques depuis longtemps. Lui et ses frères Drew et Seth ont grandi dans la petite ville d’Auburn Hills et représentent la huitième génération de Peters à Detroit. Les frères Peters ont tous fréquenté l’école secondaire et l’académie jésuites de l’Université de Detroit. Ils ont reçu une éducation précieuse des jésuites, ces derniers ayant choisi de rester dans la ville de Detroit lorsque toutes les autres écoles secondaires catholiques ont fermé ou ont déménagé dans les banlieues. Joshua a ensuite été formé par les marianistes à vocation communautaire de l’Université de Dayton dans l’Ohio, où il a obtenu un baccalauréat en études américaines avec des mineurs en anglais et en droits de l’homme. Après l’université, après avoir servi le pays pendant deux ans dans le cadre du programme de bénévoles AmeriCorps, Joshua a travaillé comme charpentier, ouvrier et directeur associé de retraite avant d’être invité à servir de ministre du campus de son alma mater, l’Université de Daytona. Après avoir retrouvé l’esprit missionnaire des premiers compagnons de la Compagnie de Jésus, il savait que Dieu l’appelait à entrer au noviciat à Loyola House à Berkley au Michigan en 2009. Il a travaillé à Manderson dans le Dakota du Sud sur la réserve indienne de Pine Ridge en tant que novice et il a prononcé ses vœux en 2011. Joshua a obtenu une maîtrise en philosophie sociale à l’Université Loyola de Chicago avant d’être chargé d’enseigner à l’école secondaire Christ the King Jesuit College dans l’ouest de Chicago. Chanter dans la chorale et avoir Saint-Benedict  Benedict, l’Église catholique africaine d’Englewood, comme lieu de culte a été remarquablement formateur pendant ses six années à Chicago. Joshua a obtenu une maîtrise en divinité de la  Jesuit School of Theology de l’Université de Santa Clara à Berkeley en Californie et travaille sur une maîtrise en théologie à l’Institut d’études catholiques afro-américaines de l’Université Xavier de Louisiane. Après l’ordination, il servira en tant que pasteur adjoint à la paroisse Christ the King du vicariat Trinity à Detroit.

Quel livre, film, musique ou émission de télé préférez-vous depuis que vous avez rejoint la Compagnie, et pourquoi l’aimez-vous? 
The History of Black Catholics in the United States de Cyprian Davis O.S.B. est un de mes livres préférés. Davis est un excellent conteur qui raconte l’histoire américaine d’une manière qui met en lumière les nombreuses personnes qui ont façonné ce pays et l’Église catholique, bien qu’elles soient largement ignorées parce qu’elles sont noires. Avant même que les États-Unis existent, il y avait des catholiques noirs ici. J’adore cela.

Joshua avec des membres du mouvement  eucharistique des jeunes (EYM) de la paroisse catholique jésuite Christ the King dans le quartier de Kangemi à Nairobi le Vendredi saint. Ces jeunes de EYM faisaient le chemin de la croix.

Qui est votre saint(e) préféré(e) et pourquoi?
Un de mes saints préférés est saint Óscar Romero, dont l’anniversaire de sa mort est le 24 mars. En 2005, lors du 25ème anniversaire de sa mort, ma famille s’est rendue à San Salvador au Salvador en tant que pèlerins pour prier et réfléchir sur sa vie extraordinaire. L’exemple de Romero me donne le courage de vivre ma vocation sacerdotale avec audace et humilité.

Quelle expérience particulièrement significative avez-vous vécue au cours de votre formation et pourquoi a-t-elle été significative pour vous?
À la session de printemps de 2019, j’ai eu l’opportunité d’étudier la théologie à l’Université Hekima à Nairobi au Kenya. Ce fut la réalisation d’un rêve et ma première visite sur le continent africain, sans parler de l’Afrique de l’Est. Bien que les professeurs aient communiqué régulièrement entre les institutions, je suis reconnaissant envers la Jesuit School of Theology de l’Université de Santa Clara à Berkeley en Californie et envers l’Université Hekima de m’avoir aidé à devenir le premier étudiant faisant un échange universitaire depuis plus de cinq ans. L’avenir brillant des jésuites et de l’église catholique étant en grande partie africain et indien, j’ai bénéficié de la richesse de la Compagnie de Jésus internationale, particulièrement dans le contexte africain.

Grâce à leur aimable hospitalité, les jésuites de Hekima m’ont aidé à me sentir instantanément chez moi. J’ai été profondément consolé de vivre à Nairobi pendant près de six mois dans un environnement aussi dynamique sur le plan apostolique. Les scolastiques jésuites m’ont présenté leurs travaux d’étude de la Bible, leur ministère de jeunes, s’occupant des jeunes dans les orphelinats, accompagnant les adolescents vulnérables dans les foyers de groupe et ils m’ont présenté les Missionnaires de la Charité. J’ai fini par travailler avec les Frères missionnaires de la Charité dans le ghetto de Kibera deux fois par semaine pendant toute l’époque où j’étais à Nairobi. Les Frères dirigent un établissement de soins avec amour appelé New Life Home pour les hommes défavorisés sur le plan physique, mental et développemental. Travailler aux côtés des Frères et de leurs collègues et apprendre à connaître les résidents m’a offert une nouvelle vie de prière et un but.

Le père Joshua M. Peters, S.J., lors de son ordination.

L’autre chose dont j’ai bénéficié était d’être dans une culture où « Black is Beautiful » est un mode de vie! Le Kenya et les pays d’Afrique de l’Est que sont la Tanzanie et l’Ouganda sont beaux dans tous les sens du terme. Je ne savais pas à quel point les États-Unis sont imprégnés par une culture de supériorité blanche jusqu’à ce que j’aie vécu ailleurs pendant près de six mois. L’Afrique de l’Est n’est pas sans problèmes, mais personne là-bas ne doit se battre pour son droit de dire qu’il est noir et fier comme je l’ai observé ici aux États-Unis. Cela se traduit par une culture où le fait d’être noir est célébré et apprécié simplement en se réveillant, en saluant le jour et en louant Dieu avec sa vie. Je me suis senti profondément privilégié de voir cette gloire se dérouler au quotidien en Afrique de l’Est.

Parlez-nous de l’histoire de votre vocation. Par contre, vous ne pouvez qu’utiliser six mots.
Jésus m’a appelé. J’ai répondu « Oui ».

Nommez un mentor important pour vous qui vous a accompagné tout au long de votre parcours. Qu’est-ce qui fait de lui un bon mentor? 
Le mentor le plus important que j’ai eu au cours de mon parcours qui dura 11 ans avec la Compagnie de Jésus est l’indomptable révérend Dr. Joseph A. Brown, S.J. Il m’a offert soutien, prières et défis d’amour – et ce, de manière équilibrée – depuis que j’ai été novice en 2009. Son soutien a pris de nombreuses facettes au fil des années. Lorsque j’étais novice, il m’a encouragé à approfondir mon engagement dans le ministère pour les détenus en me donnant une copie signée de The New Jim Crow de Michelle Alexander. À un autre moment, il m’a donné l’album de Kendrick Lamar DAMN et celui de J. Cole Your Eyez Only pour que je puisse avoir une idée de ce à quoi sonne la spiritualité moderne. Après avoir découvert que j’allais aller en mission à la régence à Christ the King à Chicago, il m’a dit lors du rassemblement de la province : « La communauté catholique noire vous soutient! » Sa sincérité et sa confiance en mes capacités m’ont aidé à entrer courageusement dans ma première mission apostolique.  Pendant mon séjour à CTK, Joseph a tenu à ne pas me laisser l’impression que je faisais seul un ministère interculturel. Il a joué un rôle déterminant en aidant la Sodalité jésuite antiracisme (JARS) à devenir l’organisation robuste qu’elle est aujourd’hui. Le soutien de Joseph m’a remonté le moral quand peu de gens comprenaient ce que je vivais

Joshua lors de la remise des diplômes 2019 de l’école secondaire Christ the King Jesuit College Prep (CTK) à Chicago, où il a enseigné en tant que jésuite en formation. Dans cet autoportrait de la famille de Peter, à partir de la gauche : Joshua avec Martinka Peters et ses filles, Jenelle Peters (CTK 2019) et Mya Peters (CTK 2014)

Le soutien de Joseph m’a également aidé à être un jésuite priant. Quand j’ai partagé quelques poèmes que j’avais écrits pendant les périodes de prière au fil des ans, il m’a donné des conseils et m’a encouragé à continuer à écrire. J’écris souvent de nouveaux poèmes lors des retraites ou lorsque l’esprit me pousse à mettre la plume sur papier. Lorsqu’il a légué un volume de ses poèmes rassemblés intitulé The Sun Whispers, Wait, sa note disait : « Joshua, vous avez plus de chansons que nous ne le savons – et de mots pour raconter. Rejoignez le Chœur. Nous avons besoin de vous, Joseph. » Son livre, To Stand on the Rock, est devenu un incontournable de ma bibliothèque en raison de son traitement de ce que signifie être « authentiquement noir et vraiment catholique ». Je pense que sa suggestion de prière la plus influente pour moi a été d’assister à la conférence annuelle de l’archevêque Lyke qui célèbre la liturgie catholique noire et la tradition musicale. La première conférence Lyke à laquelle j’ai assisté m’a donné un tel sentiment de joie et d’exaltation que je l’ai ressenti pendant presque une année entière.

Le père Brown m’a également mis au défi d’élargir mon esprit et mon cœur. Il m’a encouragé à faire une maîtrise en théologie à la Institute for Black Catholic Studies (IBCS) à l’Université Xavier de la Louisiane (XULA). Il a dit qu’il est important d’avoir les qualifications appropriées si j’espère travailler dans la communauté noire à l’avenir. XULA est la seule université catholique historiquement noir du pays. Joseph m’a également mis au défi d’élargir mon cœur. En novembre 2017, lui et Tim Kesicki, S.J., m’ont invité à Baltimore avec plusieurs autres jésuites non noirs pour assister à une réunion de jésuites noirs des États-Unis, de la Jamaïque et d’Haïti. Le groupe des jésuites noirs nous appelle les jésuites non noirs la « famille élargie ». Je suis très reconnaissant d’appeler Joseph un Compagnon de Jésus et je le considère comme une famille, c’est pourquoi je lui ai demandé d’être le prêtre qui me vêtit lors de mon ordination sacerdotale.