Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Justin Claravall, S.J.

Province : Ouest des États-Unis

Date de naissance : 4 juin 1986

Ville d’origine : Artesia, Californie

Éducation : Baccalauréat en histoire et l’art et architecture, Université de Californie à Santa Barbara; Maîtrise en philosophie, Université de Saint-Louis; Maîtrise en divinité, Jesuit School of Theology de l’Université de Santa Clara

Points forts de la formation de jésuite :
1. Il a enseigné la culture religieuse et le service communautaire à l’école secondaire jésuite Bellarmine Preparatory School à Tacoma dans l’État de Washington.
2. Il a travaillé avec le service carcéral jésuite des Philippines à Muntinlupa City aux Philippines.
3. Il a travaillé à L’Arche Noah Sealth à Seattle dans l’État de Washington.

Post-ordination : Il servira dans la paroisse Dolores Mission à Boyle Heights à Los Angeles.


Justin assis avec les élèves du secondaire lors d’une retraite aux Philippines dirigée par le service pénitentiaire jésuite philippin. Les étudiants sont des enfants de détenus.

Biographie :
Dieu m’a sauvé d’une vie insignifiante de malaises et de distractions. Ma sœur et moi sommes nés dans le comté de Los Angeles de parents qui ont immigré des Philippines. Après avoir fréquenté l’école catholique à Artesia en Californie pendant quelques années, je suis allé dans une école secondaire publique et ensuite, à l’Université de Californie à Santa Barbara. À la fin du secondaire, j’avais une foi peu convaincante. Je me sentais déconnecté et méfiant du rêve américain, mais je ne connaissais pas d’alternative.  À la fin de mes études à l’université, j’ai rencontré Jésus, saint Ignace et les jésuites.  Après un certain temps de tutorat à Cerritos en Californie, de bénévolat avec Gawad Kalinga aux Philippines et au Newman Center de l’Université d’Hawaï à Manoa, Dieu m’a placé dans la Compagnie de Jésus pour guérir de mes blessures et pour témoigner et aider les autres à guérir les leurs. Depuis 2009, j’ai été formé par de nombreuses personnes à travers le monde, trop nombreuses pour les énumérer, mais je les porte toutes dans mon cœur et j’espère leur rendre ce qu’elles m’ont donné. (Province de l’Ouest des États-Unis)

Quel livre, film, musique ou émission de télé préférez-vous depuis que vous avez rejoint la Compagnie, et pourquoi l’aimez-vous?

Un de mes livres préférés est The Brothers Karamazov de Fyodor Dostoevsky. Cette citation du personnage Zosima et le dévoilement de sa signification dans le roman en valent la peine :

« N’ayez jamais peur de votre propre faiblesse dans l’effort d’aimer, ni même trop peur des mauvaises actions que vous pourriez commettre au cours de cet effort. Je suis désolé de ne pouvoir vous dire rien de plus réconfortant, car l’amour actif comparé à l’amour contemplatif est une affaire difficile et formidable. L’amour contemplatif cherche un acte héroïque qui peut être accompli sans délai et à la vue de tous. En effet, certaines personnes sont même prêtes à donner leur vie, tant que le processus n’est pas long mais se déroule rapidement, comme s’il était mis en scène pour que tout le monde le regarde et applaudisse. L’amour actif, en revanche, c’est un travail acharné et une ténacité incessante et pour certains, c’est une véritable science. Mais laissez-moi vous dire à l’avance : même si vous vous rendez compte avec horreur que, malgré tous vos efforts, non seulement vous ne vous êtes pas rapproché de votre but, mais vous vous en êtes peut-être même éloigné, c’est précisément à ce moment, je vous le dis, que vous atteindrez soudainement votre but et verrez clairement la puissance merveilleuse de Dieu, qui vous a toujours aimé, qui vous a toujours mystérieusement guidé. »

Justin en randonnée à Washington avec son collègue Greg Celio, S.J., et sa collègue Allison Scanlin, qui ont tous enseigné à la Bellarmine Preparatory School de Tacoma dans l’État de Washington.

Quel loisir avez-vous cultivé en tant que jésuite et pourquoi est-il important pour vous?
La Calligraphie.  J’ai besoin de faire de l’art ou d’avoir une sorte de pratique créative. Puisque la vie jésuite peut être passagère (jusqu’à présent, je n’ai vécu nulle part pendant plus de trois ans), j’ai trouvé que certains médiums artistiques sont plus pratiques ou portables. La calligraphie m’inspire toujours et me met au défi et ses matériaux sont plus faciles à déplacer qu’une batterie ou un chevalet.

Parlez-nous de l’histoire de votre vocation. Par contre, vous ne pouvez qu’utiliser six mots.
Je suis mort. La vie est le Christ.

Qu’est-ce qui vous rend joyeux, heureux?
Être assis autour d’une table avec beaucoup de nourriture, beaucoup d’amis, jésuites et non-jésuites, écouter les rires et les conversations profondes, avec de la bonne musique en arrière-plan, et peut-être même chanter et danser avec mes amis… Ces choses, parfois individuellement et parfois toutes rassemblées, me rendent joyeux.