Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Levelt Michaud, S.J.

Province : Canada

Date de naissance : 26 décembre 1986

Ville d’origine : Léogâne, Haïti

Éducation : Baccalauréat en philosophie, Centre Bono, République Dominicaine; Diplôme de baccalauréat en théologie, Centre Sèvres, Paris

Points forts de la formation de jésuite :
1. Il a servi au Service jésuite des réfugiés (JRS) en faisant du travail pastoral avec des étudiants haïtiens.
2. Il a travaillé dans un batey où les travailleurs de la canne à sucre habitent en République dominicaine.
3. Il a étudié la théologie à Paris, où il a également accompagné une communauté de vie chrétienne et où il a dirigé un groupe interreligieux pour les migrants.

Post-ordination : Il continuera de travailler pour obtenir sa licence en théologie sacrée à la Boston College School of Theology and Ministry.

Biographie :
Né à Léogâne en Haïti, le père Levelt Michaud, S.J., est le deuxième d’une famille de sept enfants. Lorsqu’il a réfléchi à la question de suivre le Christ, il était encore en troisième année de secondaire dans une école anglicane.  Par l’intermédiaire de son cousin, un séminariste anglican, il découvre la présence des jésuites en Haïti. Fasciné par leur style de vie et leur charisme, il entre au noviciat de Port-au-Prince en 2008. En 2010, il a commencé des études de philosophie en République dominicaine. Par le biais du Service jésuite des réfugiés (JRS), il a fait un travail pastoral auprès de jeunes étudiants haïtiens. Plus tard, il découvrit les conditions de vie inhumaines de ses compatriotes haïtiens dans les champs de canne à sucre connus sous le nom de bateys. Profondément touché par leur situation, il a demandé à être autorisé à travailler dans un batey : c’était une expérience qui l’a rendu plus sensible aux plus vulnérables. Avec d’autres scolastiques haïtiens, il s’est investi dans la création d’une revue liturgique en créole pour mieux aider les Haïtiens à vivre les messes dominicales. À la fin de ses études, les écrits critiques de Nietzsche avaient captivé son imagination; son mémoire portait sur Nietzsche. En 2014, il retourne dans son pays d’origine pour la régence et enseigne la philosophie au grand séminaire et dans une école secondaire. Il a également été ministre et économe de sa communauté. Il a continué de publier de la revue liturgique en créole en Haïti en assumant le rôle de directeur. De plus, il a accompagné la communauté Christian Life Community (CLC). En 2016, il est envoyé à Paris pour la théologie. Il a continué avec l’accompagnement de la CLC à Paris. Il a également dirigé un petit groupe interreligieux de migrants pour le JRS France. Au cours de l’été 2017, il s’est rendu à Athènes pour travailler avec des migrants. Il a encadré avec succès un demandeur d’asile par le biais du JRS France. Pour sa thèse finale, il a fait une étude comparative de la signification de la souffrance chez Dietrich Bonhoeffer et chez les survivants du tremblement de terre en Haïti en 2010. Il est présentement dans sa première année d’études pour sa licence en théologie sacrée à la Boston College School of Theology and Ministry, où il se spécialise en éthique. Il sera ordonné prêtre en Haïti le 1er août 2020. Sa première messe aura lieu dans sa paroisse d’origine, l’Immaculée Conception. Par la suite, il retournera à Boston pour terminer ses études.

Levelt avec sa sœur Kathiana en Haïti juste avant son départ pour aller étudier la théologie à Paris en 2016.

Quel livre, film, musique ou émission de télé préférez-vous depuis que vous avez rejoint la Compagnie, et pourquoi l’aimez-vous?
Livre : Le Petit Prince; film : Amistad; musique : Heal the World par Michael Jackson.

Quels trois mots pourrait utiliser un membre de votre famille ou un collègue jésuite pour vous décrire? (Demandez à quelqu’un.) Êtes-vous d’accord avec son choix de mots?
Calme, loyal et travaillant.

Quel loisir avez-vous cultivé en tant que jésuite et pourquoi est-il important pour vous?
Faire du vélo et écrire des poèmes. Le vélo parce que c’était mon moyen de transport pour me rendre à l’école dans la ville natale et l’écriture parce que c’est un moyen d’exprimer mes émotions.

Parlez-nous d’un fait intéressant sur vous que peu de gens connaissent.
J’adore la philosophie.

Qu’aimez-vous à propos de la Compagnie de Jésus?
L’universalité de la Compagnie et son ouverture.

Quelle expérience particulièrement significative avez-vous vécue au cours de votre formation et pourquoi a-t-elle été significative pour vous?
Être en mesure d’étudier au côté d’autres jésuites partout dans le monde.

Parlez-nous de l’histoire de votre vocation. Par contre, vous ne pouvez qu’utiliser six mots.

Prière, service, gratitude, études et travail.

Comment a évolué votre spiritualité depuis que vous avez rejoint la Compagnie?
J’essaie de trouver Dieu en tout.

Levelt à Nsiamfumu en République démocratique du Congo en juillet 2019.

Imaginez que vous puissiez voyager dans le temps et vous rencontrer le premier jour où vous avez rejoint la Compagnie de Jésus. Quel conseil vous donneriez-vous?
Sois toi-même, aie confiance envers les autres et sois ouvert à la nouveauté.

Qu’est-ce qui vous rend joyeux, heureux?
Travailler avec les autres et trouver un sens à ce que je fais.

Nommez un mentor important pour vous qui vous a accompagné tout au long de votre parcours. Qu’est-ce qui fait de lui un bon mentor?
Étienne Ganty, S.J., car c’est avec lui que j’ai découvert l’amour pour la philosophie.

Comment pourriez-vous expliquer la devise jésuite « ad maiorem Dei gloriam » à quelqu’un qui ne l’a jamais entendue auparavant?
Je citerais cette phrase de Saint Irénée de Lyon : « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant. »