Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

Perry T. Petrich, S.J.

Province : Ouest des États-Unis

Date de naissance : 28 décembre 1984

Ville d’origine : Tacoma, Washington

Éducation : Baccalauréat en théâtre et théologie, Université Fordham au Lincoln Center; Maîtrise en philosophie sociale, Université Loyola de Chicago; Maîtrise en divinité, Jesuit School of Theology de l’Université de Santa Clara; Maîtrise en leadership éducationnel catholique, Université de San Francisco

Points forts de la formation de jésuite :
1. Il a été entraîneur de l’équipe de courte piste de l’école secondaire Sacred Heart Nativity School et l’a menée à sa première médaille d’or.
2. Il a servi dans l’équipe fondatrice de l’école secondaire Cristo Rey De La Salle High School à Oakland en Californie.
3. Il a joué de la musique avec son compagnon ordinant James Ferus, S.J., tout au long de ses études de théologie.

Post-ordination : Il terminera son mémoire de maîtrise  à Berkeley en Californie sur le leadership laïc dans les écoles jésuites. Il déménagera ensuite à Sacramento pour servir d’aumônier de campus dans une école secondaire jésuite.

Regarder la diffusion en direct de l’ordination du père Petrich ci-dessous :

Biographie :
Le père Perry Petrich, S.J., est né et a grandi à Tacoma dans l’État de Washington. Perry a fréquenté l’école secondaire Bellarmine dans sa ville natale avant de terminer ses études à l’Université Fordham du Lincoln Center à New York avec un diplôme en théâtre et théologie. Les moments forts de son passage à Fordham incluent la gestion de la scène à la fois pour la première new-yorkaise de Dead Man Walking et pour Duran Duran à la Statue de la Liberté. De New York, il a déménagé à Cazadero en Californie où il a travaillé pour le programme Caritas Creek, dirigeant des voyages d’éducation en plein air pour les écoles primaires catholiques de la région de la baie de San Francisco. Perry a rejoint la Compagnie de Jésus en 2008. Il a enseigné le théâtre à la fois aux étudiants de l’école secondaire jésuite de Portland en Oregon et aux migrants à la frontière américano-mexicaine à Nogales, Sonora, au Mexique. En tant que jésuite, il a également travaillé dans des écoles de Chicago, Phoenix, San Jose et Oakland. Il continuera à travailler en enseignement au secondaire en tant que professeur de théologie et ministre du campus à l’école secondaire jésuite de Sacramento. Il est titulaire d’une maîtrise en leadership éducatif catholique de l’Université de San Francisco et d’une maîtrise en philosophie sociale de l’Université Loyola de Chicago ainsi que d’une maîtrise en théologie de la Jesuit School of Theology de l’Université de Santa Clara à Berkeley en Californie. En outre, il a écrit pour The Jesuit Post et America Magazine, a enseigné la voile dans des camps d’été dans l’archidiocèse de Seattle et a joué de la guitare avec le lauréat d’un Grammy Award Tim Kubart. (Province de l’Ouest des États-Unis)

Quel livre, film, musique ou émission de télé préférez-vous depuis que vous avez rejoint la Compagnie, et pourquoi l’aimez-vous?
La chanson Try a Little Tenderness d’Otis Redding m’a suivi comme un ange, me stimulant quand les temps sont durs et partageant mon espoir et ma joie quand les temps étaient meilleurs. Le sérieux des appels d’Otis à être juste un peu meilleur l’un envers l’autre nous donne à tous la foi qu’un peu de gentillesse peut nous transformer. La guitare chromatique montre à votre instinct que cette tendresse peut rendre le monde meilleur. Et la panique à la fin de la chanson démontre – ainsi que tout ce que je n’ai jamais vu ou entendu en dehors des Écritures – le pouvoir d’animation qui vient quand vous avez la foi que votre amant ne vous quittera jamais. Aussi, c’est un son de karaoké qui déchire.

Perry (complètement à droite) qui travaille à l’initiative Kino Border à Nogales, Sonora, au Mexique.

Quel loisir avez-vous cultivé en tant que jésuite et pourquoi est-il important pour vous?
Jouer de la musique avec d’autres personnes continue de me nourrir. L’attention aux rythmes partagés et aux subtilités de chaque musicien impose une forme d’écoute profonde qui relie les gens et vous fait vous oublier. Et il n’y a rien de plus satisfaisant que de créer spontanément quelque chose de nouveau et de beau en collaboration avec les autres.

Le père Petrich à son ordination.

Quelle expérience particulièrement significative avez-vous vécue au cours de votre formation et pourquoi a-t-elle été significative pour vous?
Huit jours après les élections de 2016, j’étais dans une rencontre de parents de l’école primaire où mon provincial venait tout juste de m’envoyer. Tous les parents à l’école étaient des immigrants de première ou de deuxième génération d’Amérique latine. Nous avons invité un groupe de défense des droits de l’immigration pour faire une présentation « connaissez vos droits ». Le président de l’école et moi avions senti que quelque chose clochait dans la salle – il y avait trop de peur et de blessures pour être en mesure d’apprendre quoi que ce soit. Nous avons établi un contact visuel et j’ai interrompu la présentation. J’ai remercié les présentateurs pour être venus, je me suis retourné vers les parents et je leur ai demandé comment ils se sentaient. Ceci est devenu une conversation entre les parents où les peurs étaient partagées et où un support était offert. C’est finalement devenu, à ce moment précis, exactement ce dont notre communauté avait besoin.

Perry à la fête de Noël avec sa famille à Kent dans l’État de Washington en 2014.

Une fois la réunion terminée, le président a mentionné comment c’était la providence de Dieu que j’aie été envoyé à l’école cette année-là. Depuis cette soirée-là, j’en suis venu à croire  plus profondément que Dieu nous envoie là où on a besoin de nous et nous donne ensuite la grâce de répondre à ce besoin. J’en ai appris un peu plus sur ce que signifie quand on dit que Dieu y pourvoira..

Parlez-nous de l’histoire de votre vocation. Par contre, vous ne pouvez qu’utiliser six mots.
Dieu ne cesse jamais de vous appeler, doucement.