Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

San Mai, S.J.

Province : Ouest des États-Unis

Date de naissance : 11 novembre 1967

Ville d’origine : Portland, Oregon

Éducation : Baccalauréat en ingénierie informatique et Maîtrise en administration des affaires, Université de Santa Clara; Maîtrise en divinité, Jesuit School of Theology de l’Université de Santa Clara

Points forts de la formation de jésuite :
1. Il a enseigné les mathématiques et les sciences à l’école St. Andrew Nativity School à Portland en Oregon.
2. Il a servi comme diacre et dirigeant de la formation de la foi pour les enfants à Notre-Dame-de-Lourdes à Oakland en Californie.

Post-ordination : Il servira comme pasteur associé dans la paroisse St. Aloysius à Spokane dans l’État de Washington.

Regarder la diffusion en direct de l’ordination du père Mai ci-dessous:

Biographie :

Le père San Mai, S.J., est né à Saigon au Vietnam et il a deux sœurs. Il a immigré avec sa famille à Portland en Oregon en 1975 alors qu’il était âgé de sept ans. San a fréquenté l’Université de Santa Clara à Santa Clara en Californie où il a fait la rencontre des jésuites. Il a obtenu un baccalauréat en génie informatique en 1989 et une maîtrise en administration des affaires en 1994. Bien qu’il ait été visiblement impressionné par la joie et le zèle qu’il a vus chez les jésuites à l’Université de Santa Clara, San ne s’est pas senti appelé à la vie religieuse mais plutôt à poursuivre le rêve de la Silicon Valley. Avant d’entrer dans la Compagnie de Jésus, San a travaillé pendant 20 ans dans la région de la baie de San Francisco en tant que responsable de la gestion des produits et du marketing pour diverses entreprises technologiques publiques et privées. San est entré dans la Compagnie de Jésus en 2011, parlant de sa vocation comme étant « tardive et surprenante mais incroyablement consolante » compte tenu de sa carrière dans le monde des affaires. En tant que novice, il a travaillé comme assistant d’enseignement à l’école secondaire Jesuit High School de Portland en Oregon. San a ensuite étudié la philosophie à l’Université Loyola de Chicago en 2013. Il a par la suite travaillé pendant deux ans comme professeur de mathématiques et de sciences alors qu’il était en mission à l’école St. Andrew Nativity School à Portland en Oregon. En mai dernier, San a obtenu une maîtrise en théologie de la Jesuit School of Theology de l’Université de Santa Clara à Berkeley en Californie. Il a également été diacre et responsable de la formation de la foi des enfants à Notre-Dame de Lourdes à Oakland en Californie. (Province de l’Ouest des États-Unis)Fr. San Mai, S.J., was born in Saigon, Vietnam, with his two sisters. He immigrated with his family to Portland, Oregon, in 1975 at the age of seven. San attended Santa Clara University in Santa Clara, California, where he met the Jesuits. He graduated with a bachelor’s degree in computer engineering in 1989 and a master’s in business administration in 1994. Although he was noticeably impressed with the joy and zeal he saw in the Jesuits at Santa Clara University, San did not feel called to religious life but rather to pursue the Silicon Valley dream. Prior to entering the Society of Jesus, San worked for 20 years in the Bay Area as a product management and marketing executive for various public and private technology companies. Calling his vocation “late and surprising, yet incredibly consoling” given his career in the corporate world, San entered the Society of Jesus in 2011. As a novice, he worked as a teaching assistant at Jesuit High School in Portland, Oregon. San then studied philosophy at Loyola University Chicago in 2013. Missioned next to St. Andrew Nativity School in Portland, Oregon, he worked for two years as a math and science teacher. This past May, San earned a Master of Divinity degree at the Jesuit School of Theology of Santa Clara University in Berkeley, California. He also served as a deacon and leader of children’s faith formation at Our Lady of Lourdes in Oakland, California. (USA West Province)

Qui est votre saint(e) préféré(e) et pourquoi?
Mon saint préféré est Pierre Favre, S.J. Pierre Favre est connu pour être simple, humble et sans prétention et c’est pourquoi il est reconnu « bienheureux », ce qui peut expliquer pourquoi il a fallu si longtemps pour qu’il soit canonisé. Après Ignace lui-même, Pierre Favre était celui que les premiers jésuites respectaient et aimaient le plus. C’est parce que Favre possédait le don de l’amitié à un degré remarquable. Simão Rodrigues, l’un des premiers cofondateurs jésuites, dit à propos de Favre qu’il avait « une rare et délicieuse douceur de rapports, que je n’ai trouvé chez personne à ce degré. D’une manière ou d’une autre, il est entré dans l’amitié de telle manière, arrivant peu à peu à influencer les autres sans avoir besoin d’insister, que sa façon même de vivre et sa gracieuse conversation attiraient puissamment vers l’amour de Dieu tous ceux avec qui il parlait. Ce don d’amitié a permis à Favre de devenir un maître à donner les Exercices Spirituels, qui consiste à approfondir son amitié avec Jésus. Ignace lui-même a reconnu que personne n’était meilleur que Favre pour donner les Exercices. Bien que Favre était un introverti calme et sans prétention, il était extrêmement efficace en tant que prédicateur et directeur de retraite. Tout comme de nombreuses personnes ont afflué vers Jésus pour l’entendre proclamer le Royaume de Dieu, de nombreuses personnes ont afflué vers Pierre Favre, le disciple de Jésus, pour s’engager dans une conversation spirituelle et recevoir ses conseils pour leurs âmes. Favre avait plus de demandes de prêtres, prélats et princes pour faire les Exercices Spirituels qu’il ne pouvait en supporter lui-même. Ignace a dit un jour que Favre avait assez de travail dans une même ville pour plus de dix jésuites. L’humilité de Favre lui a permis de dialoguer avec tous, même les plus éloignés et avec ses adversaires, et c’est quelque chose dont nous avons désespérément besoin aujourd’hui dans ce pays qui nous divise. Le pape François considère Favre comme l’un de ses saints préférés, tout comme moi.

De l’ordination diaconale de San en octobre 2019 à la chapelle Sainte-Marie à Moraga en Californie. De gauche à droite : Howie Mai (sœur), Hanh Le (beau-frère), Sydney Le (nièce), Bich Hoang (mère), San, Sy Mai (père), Han Mai (sœur) et Brian Smith (beau-frère).

Parlez-nous d’un fait intéressant sur vous que peu de gens connaissent?
Au cours de mes années d’études en théologie à Berkeley en Californie, j’ai appris à jouer au golf. Hélas, j’aurais aimé avoir appris à jouer au golf quand j’étais plus jeune car ce n’est pas un sport facile à apprendre. Il y a trois raisons pour lesquelles j’aime le golf, malgré le fait que je continue à être un mauvais golfeur. Tout d’abord, j’aime passer du temps à l’extérieur dans la beauté tranquille de la création de Dieu où je peux m’arrêter pour admirer les arbres imposants, l’herbe qui danse et les collines de Berkeley. Deuxièmement, le golf demande beaucoup de patience, une vertu qui me manque, non seulement à cause du temps nécessaire pour jouer un tour complet mais aussi parce que c’est un sport difficile à maîtriser. Enfin et surtout, le golf a révélé quelque chose d’important sur ma relation avec Dieu. En tant que golfeur novice, j’ai tendance à serrer très fort mes clubs. Quand je le fais, j’ai tendance à avoir un mauvais swing. Cette tendance reflète mon besoin de contrôler de nombreux aspects de ma vie. En revanche, lorsque je tiens mes clubs plus lâchement, mon swing est plus libre et souvent plus régulier. Cela a été un rappel important pour moi de relâcher mon emprise sur la vie parce que je n’ai pas le contrôle. Dieu est en contrôle

À partir de la gauche : le père Perry T. Petrich, S.J.; le père David Romero, S.J. et le père an Mai, S.J.

Quelle expérience particulièrement significative avez-vous vécue au cours de votre formation et pourquoi a-t-elle été significative pour vous?
Pour ma mission de régence, mon provincial m’a envoyé en mission à l’école à St. Andrew Nativity School, un primaire jésuite du centre-ville de Portland en Oregon pour les jeunes défavorisés. Pour préciser, ce n’était pas mon premier choix car j’espérais être en mission dans une école secondaire ou une université. Ayant travaillé dans le monde des affaires pendant de nombreuses années et étant le plus ancien scolastique jésuite de l’époque, j’avais de nombreuses réserves sur le travail avec les plus jeunes. Serais-je capable de communiquer avec eux étant donné nos différences d’âge? Comment allais-je gérer la classe étant donné que beaucoup d’entre eux subiraient toutes sortes de changements hormonaux? Est-ce que je me souviendrais des mathématiques et des sciences que j’ai apprises il y a tant d’années quand j’avais leur âge? Malgré ces réserves initiales, j’ai eu une expérience incroyablement réconfortante et positive pendant la régence. J’adore St. Andrew Nativity et j’aime particulièrement mes élèves. Rétrospectivement, ce que j’ai appris, c’est que si les mathématiques et les sciences que j’ai enseignées à mes élèves étaient importantes, les aimer et recevoir leur amour en retour était beaucoup plus important. Bien que mon ministère « officiel» en tant que régent ait été d’enseigner les mathématiques et les sciences, je pense qu’il est plus juste de décrire cette affectation de régence comme un ministère d’amour, ce qui est vraiment le but du ministère de Jésus. Je suis reconnaissant envers mes anciens élèves de m’avoir appris à être plus patient, gentil et aimant car ce sont des qualités essentielles qui feront de moi un bon prêtre jésuite.

Élève de secondaire deux de l’école St. Andrew Nativity à Portland en Oregon, Juin 2017.

Parlez-nous de l’histoire de votre vocation. Par contre, vous ne pouvez qu’utiliser six mots.
« Va, et toi aussi fais de même. » (Luc 10:37)

Comment a évolué votre spiritualité depuis que vous avez rejoint la Compagnie?
Comme beaucoup de jésuites pourront en témoigner, les Exercices spirituels ont transformé ma relation avec Dieu et en particulier celle avec Jésus, que je considère maintenant comme un ami fidèle et un compagnon toujours avec moi à chaque instant de ma vie. Les Exercices spirituels m’ont aidé à comprendre et à accepter que je suis un pécheur aimé. Alors que j’ai hâte de servir l’Église et la Compagnie en tant que prêtre jésuite, en tant que jésuite, je ne me suis jamais senti plus aimé de Jésus qu’aujourd’hui. Et mon amour pour Jésus a grandi au fur et à mesure que je le connais mieux à travers le peuple de Dieu que j’accompagne dans mes études et mes ministères. Au cours de la quatrième semaine des Exercices spirituels, saint Ignace nous demande de contempler comment Dieu nous aime dans ses actes, et partage avec nous, et nous avec Dieu; c’est cette mutualité et cette réciprocité qui façonne tout ce que je fais en tant que jésuite.